Recherche

Autres articles dans cette rubrique

Accueil du site || Nous Contacter || Articles de Presse

Odile Maffone habille de mosaïque tout ce qu’elle trouve et invente,

pour rendre à la vie ce qui était destiné à l’oubli

Odile Maffone

La couleur dans tous ses éclats

 

Au départ des meubles, des objets désuets dénichés dans les brocantes et les dépôts ventes.

A l’arrivée un mobilier rajeuni, écla­tant de gaieté et de couleurs.

Odile Maffone habille de mosaïque tout ce qu’elle trouve et invente, pour rendre à la vie ce qui était destiné à l’oubli.

Elle expérimente les couleurs, explore les thèmes aquatiques, les planètes aux pingouins ou les galaxies.

Ses créations invitent à oser mettre de la couleur chez soi.

Elle fait rentrer dans notre univers domestique les champs de coquelicots ou de tournesols qui entourent sa maison aux pieds du vieux village de La Laupie. Juste en contre-bas de la chapelle dont on aper­çoit le toit de tuiles émaillées.

 

Elle fait rentrer dans notre univers domestique les champs de coquelicots ou de tournesols qui entourent sa maison.

Son atelier ressemble à un magasin de jouets.

Des dizaines de boîtes s’empi­lent sur les rayons avec des carreaux de toutes les couleurs.

Quetzche, sierra, buis, galapagos, tuile ou pacifique.

D’autres boîtes contiennent des pièces en céramique, étoiles, spirales, soleils, fleurs, grenouilles, princes, châteaux ou formes géométriques qu’elle a modelées en terre, cuites et émaillées.

Selon l’inspiration elle pioche dans les boîtes. Elle assemble motifs et éclats de carreaux.

Elle les joint avec un ciment de couleur. Et voilà une frise à poser dans la salle de bain, un encadrement de porte, une table de cuisine, une psy­ché, un bar, un paravent, un plafonnier ou un tableau sous verre de sa création. Ses clients, entre Paris et Marseille n’ont qu’à passer.

Certains lui font confiance et lui donnent carte blanche. D’autres choisissent dans son lieu d’exposi­tion, sur photos ou donnent des indi­cations.

Originaire de Paris, Odile Maffone a pris la clef des champs. Une halte en Ardèche,

 “trop aus­tère”. Et son instal­lation à La Laupie. “Un pays ouvert. Pas trop sec. Le début de la Proven­ce avec des tou­ristes mais pas trop. Proche du couloir de la vallée du Rhône qui est une voie de communica­tion. Un coin isolé sans être

complète­ment perdu”. 

 

Odile Maffone habille de mosaïque tout ce qu’elle trouve et invente, pour rendre à la vie ce qui était destiné à l’oubli

Répondre à cet article